Cuisine : Des Soupes qui nous font du Bien


Imaginez nous hier, rentrant de weekend en début de soirée, le ciel gris et la mine déconfite, je glisse la clé dans la serrure, j’ouvre la porte de la maison et je suis accueillie par un souffle frais, voire froid, celui qui annonce l’automne, celui qui nous a fait défaut les jours de canicule mais hier soir mon réflexe immédiat a été de penser : « soupe ».

Et j’ai donc fait de la soupe, chaude, un 26 août…sauvée par un sachet de petits pois surgelés.

J’avais aussi fait de la soupe en juillet juste parce que cela me manquait.

Quand je cuisine ces soupes, qui sont pourtant « simples » à quelques ingrédients près, je repense régulièrement aux soupes infectes que ma mère tentait de me faire ingurgiter l’hiver. Et dire que le bonheur gustatif était au coin d’une page d’un livre (qui n’existait pas encore).

Des Soupes qui nous font du Bien. 

J’aime ce livre, je le prends en main un jour sur deux environ et je n’ai encore pas fait le tour de toutes les recettes. Il faut dire que j’ai mes quelques recettes chouchoutes qui reviennent régulièrement et que par exemple j’évite soigneusement la page consacrée à la carotte (que je déteste cuite).

Pour un livre de cuisine présent dans ma bibliothèque, c’est une réussite. Il n’y a que mon Jamie Oliver en 15 Minutes qui me serve autant.

On trouve quoi dans ce livre?

Une première partie d’introduction avec entre autre un tableau des légumes de saison, mais comme je fais le marché, je constate sans tableau ce qui est de saison ou pas.

Une deuxième partie intitulée : A chaque légume sa soupe. C’est la partie que j’utilise le plus. Pour chaque légume, une page ou une double pages de recettes proposées : il y a largement de quoi faire. Pour la courgette : 8 recettes (certaines sont des variantes l’une de l’autre), pour le potimarron : 5 recettes, la carotte : 7 recettes etc…. Ces recettes ont un ingrédient principal : le légume de la page en question, c’est bête comme chou. Et on constate qu’on n’a pas besoin de l’éternelle base poireau/pomme de terre pour faire une soupe (bonheur).

Une troisième partie sur les accompagnements : j’avoue je n’y ai pas franchement mis le nez : granola, petits pains, crackers, pourtant tout ceci semble sympathique.

Une quatrième partie sur les soupes partage : les recettes comprennent plus d’ingrédients et sont plus élaborées.

S’en suivent les soupes aux super aliments, les soupes crues et les bouillons.

Il y a aussi un index par ingrédients.

Le livre est très complet et je n’ai jamais été déçue. C’est un peu froid de dire cela. En vérité, c’est MON livre pour l’hiver.

Les conséquences sur le placard? Je fais le marché pour mes légumes de base, j’ai désormais de la cardamome dans mes épices (j’ai découvert la cardamome bien après la vague d’engouement qui la concernait il y a quelques années et j’adore son goût) et il y a aussi pas mal de pots de purée de cacahuète, amande, sésame dans le placard : on en utilise peu et ils se conservent très bien (j’en mets aussi dans les currys de légumes l’hiver).

Bonne dégustation!

Keep calm and carry on.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.