Slow Sunday Paris : ma petite récap’, nos petites cousettes, le discret coup de coeur

Je l’avoue, je suis per-due…

…perdue par les sorties pléthoriques de patrons indépendants.

Et puis, je l’avoue encore, je n’ai pas compris pourquoi je n’ai trouvé presque aucune photo de réalisation de la dernière collection sortie chez Slow Sunday Paris sur mes réseaux sociaux.

Alors, je vais prendre le temps de revenir tranquillement sur mes anciennes cousettes Slow Sunday Paris.

Pourquoi? Parce que simplement, j’ai une certaine affection pour le style des patrons de Caroline. (ils ne sont pas forcément « moi » et cependant, je les aime à chaque fois).

Pour la petite histoire, j’ai cousu Forget Me Not et envoyé un petit mail où j’expliquais qu’elle passait aussi bien sur moi malgré mon dépassement mensurationnel (n’allez pas chercher le dico, je viens de l’inventer). Tu le sais, je tente régulièrement le coup de coudre des vêtements alors que je dépasse la dernière taille du tableau de mensurations, quand ce sont des robes un peu amples, ça peut passer…Et il se trouve que j’ai reçue une gentille réponse de Caroline.

J’ai profité de ma visite au CSF pour aller la voir sur son stand confetti et c’était …joli, léger, agréable, doux (tout mon contraire, mais ça fait tellement de bien). Et mes copines qui m’accompagnaient (et qui découvraient le monde de la couture avec des yeux nouveaux) en ont pensé la même chose.

Bref, j’aime Slow Sunday Paris et sans connaître Caroline plus que cela, j’ai apprécié nos deux rencontres (virtuelle et réelle).

Tu causes, tu causes mais t’as cousu quoi?

Forget Me Not, comme tout le monde

Iris dans sa version blouse deux fois et aussi dans sa version petite veste

Alysse dans sa version veste

Ma cousine chérie a aussi cousu du Slow Sunday : Lila, la chemise

Alors, je te montre

On commence par la jolie Lila de Cousine Chérie


Tu nous pardonnes le manque de repassage, c’est pas qu’on la porterait comme ça c’est juste que « la planche à repasser et le fer sont derrière une pile de cartons en attendant le déménagement ».

Elle est jolie, hein? Il y a juste eu un petit bidouillage au niveau du dos pour mettre correctement à profit la découpe.


Elle est jolie, cette robe, j’ai hésité à lui ajouter des poches, j’aurais mieux fait et ça aurait été très simple. Passons. La longueur reste à débattre, je pense que je vais quand même la raccourcir pour la mettre au dessus du genou, cela étant, elle est une parfaite petite robe d’été.


Iris, est une jolie blouse avec des noeuds à se damner sur les manches et aussi une veste, je te montre la veste, parce que presque personne ne te la montre. Ici en jacquard noir et blanc (oui, tu n’es pas aveugle, tu avais vu…). Rien à dire sinon qu’elle est parfaite et propre dedans avec ses coutures gansées et que hum hum, j’ai eu la flemme de fixer les parementures avec une couture invisible. Vu que tout le monde est à fond sur le kimono ces temps-ci, je pense que ce serait une bonne base de « hacking » de ce patron. J’imagine bien de lui rajouter des liens pour la fermer en croisant. (hum, allez voir chez Papercut Pattern le patron de Koshi). Je n’ai pas attendu Papercut pour avoir cette idée, merci bien.

Une de mes deux Iris, malheureusement le tissu fort transparent a fini par avoir raison de moi : je n’aime pas trop quand c’est transparent. Par contre, ces petits noeuds, sérieusement, qui peut y résister?

Pas moi!

Dépassement mensurationnel sur Alysse. Je l’ai vite vite cousue et je suis tombée sur un os qui n’a rien à voir avec le patron : les boutons. Ma machine est tombée en panne et je n’ai pas pu faire les boutonnières avec la machine que j’avais empruntée. Donc j’ai essayé avec des pressions Kam, j’ai essayé avec des pressions Prym nacrées etc etc….To cut a long story short (pour la faire courte), j’ai fini avec les pressions Kam. Et je me suis rendue compte que ça passait très bien en petite veste vu l’épaisseur de mon tissu. Tissu que j’aurais mieux fait d’utiliser pour autre chose car il est vraiment trop épais et ne met pas forcément très bien en valeur les plis ravissants au niveau du poignet.

C’est un article plutôt très subjectif et honnêtement, je ne me souviens plus trop de la façon dont les coutures des vêtements se sont passées, j’ai le souvenir que tout c’est bien déroulé et que je ne me suis pas arraché les cheveux, voilà pour la partie technique de cet article (bah dis donc, j’ai fait fort!).

Alors, vais-je me refaire une Forget Me Not dans une version plus automnale? Vais-je tenter le kimono avec liens? J’ai aussi Peony en réserve qui attend depuis un moment… Très tentée par Daisy et Elba (voire toute la nouvelle collection). Voilà, pour nous et notre petite histoire avec Slow Sunday Paris.

Keep calm and carry on.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s