S’organiser #2 : le casse-tête des courses (juste avant la rentrée des classes, ça s’impose)

10

Nous prêtons notre plume à Marie-Hélène pour la deuxième fois.

A quelques jours de notre retour de vacances et de la rentrée, elle nous donne quelques conseils de bon sens mais souvent négligés ou tout simplement ignorés sur l’organisation et puis rentre dans « le dur » en ciblant les courses alimentaires. Bonne lecture! 

Quand Isabelle m’a demandé d’écrire des articles sur l’organisation, ça m’a fait plaisir d’écrire ce que je savais et qui me facilite beaucoup la vie ainsi que de le partager. Cependant, cela me pose question sur comment faire quelque chose d’assez générique pour que tout le monde se reconnaisse et sans expliquer comment je fais pour faire la poussière ce qui honnêtement n’intéresse personne !

La deuxième chose est que avec ces lignes je me dévoile : je suis quelqu’un de plutôt organisée qui pourrait passer pour une psycho-rigide. Et je passe beaucoup trop de temps à m’interroger sur les choses du quotidien au lieu de les vivre, à organiser mon emploi du temps et celui des autres, tendance renforcée dans mon métier de consultante en système d’informations / organisation. Bon y’a du vrai là dedans, heureusement Isabelle est là pour me booster un peu côté créations, côté occulté mais bien présent chez moi (j’adorais programmer quand c’était mon métier).

Je vais essayer d’abord d’expliquer les aspects de l’organisation auxquels on ne pense pas forcément :
– l’organisation a un coût d’entrée pour faire gagner du temps ensuite. (Coût d’entrée n’est pas forcément un coup financier, mais peut très bien se traduire par le fait de passer du temps sur l’organisation). Rien n’est gratuit. Quand vous décidez de ranger vos documents par ordre alphabétique, vous passez une demi-journée à tout organiser mais vous gagnez ensuite 1 minute à chaque fois que vous cherchez les documents. A chaque fois que vous voulez vous organisez plus, vous pouvez réfléchir à votre ROI (Return Of Invest) : gain de temps, gain d’énervement, etc…et décider ou pas de mettre en place une ‘procédure’ avec des étapes obligatoires et de la routine.
– l’organisation a un côté minimaliste. On passe toujours moins de temps à gérer une seul chose qu’à en gérer dix. Plus vous gérer de projets, de casquettes, de choses plus vous passez du temps à organiser les choses les unes par rapport aux autres et plus vous passez du temps à changer de contexte. Sortir la tête de l’eau ne consiste par forcément à passer à la vitesse supérieure par un système complexe et un grand écart quotidien mais à revoir ses objectifs à la baisse, ou à les faire les uns après les autres ou aussi à y renoncer.
Les gens bordéliques sont parfois très heureux. Pourquoi?

Ils passent du temps sur les objectifs / projets qui leur tiennent à cœur et acceptent de vivre dans un certain bazar qui en est le prix.

*

IMG_20150329_125402

En ce qui concerne le sujet des courses alimentaires, on peut gagner sur plusieurs tableaux :
– le menu
« Qu’est-ce qu’on mange maman ? » « heu, ben oui, moi aussi j’aimerais bien le savoir !! »
Un menu prévu à la semaine peut prendre 10 minutes (où plus si vous aimez innover) et permet de gagner du temps chaque jour au moment où vous avez faim. C’est dur de penser au menu pour une semaine. Des sites très bien fait comme mangerbouger.fr ou magicmaman.fr proposent des menus qui normalement respectent les conseils diététiques et donnent des idées de recettes faites en moins de 20 minutes.
Vous pouvez opter pour un menu légèrement standardisé :

  • lundi pâtes (dans tous les états)
  • mardi oeufs
  • mercredi festif (pizza, crêpes, croque)
  • jeudi légumes
  • vendredi « les enfants choississent »
  • samedi soupe
  • dimanche restes

La famille ne s’aperçoit jamais de la récurrence parce qu’il y en général beaucoup de possibilités de cuisiner pâtes, oeufs, tartes, soupes, …
Pour ne rien jeter, le menu doit être commencé en regardant ce qui reste dans le frigo et les dates de péremption. Une fois par an, c’est pas mal d’essayer de vider ses placards et de faire le menu avec les choses qu’on a acheté et qu’on arrive jamais à écouler.

– La liste de courses : la liste de courses doit être faite après le menu, car si on passe de l’un à l’autre, il peut y avoir des ratés. On peut faire une liste de courses tapée sur ordinateur pour les choses que vous achetez toutes les semaines ou alors les choses dont vous ne pouvez pas supporter le manque (le papier toilettes par exemple). Cette liste de courses pré-tapée devrait être divisée par magasin (dans l’ordre des rayons ??). Une liste avec des cases à cocher que même les enfants (et le conjoint) peuvent remplir.
Si vous passez par un drive ou des courses en ligne, cette liste sera la liste de base, la liste modèle. Mais pour les écolos, que d’emballage dans les drives !!
Les choses achetées de manière plus exceptionnelles peuvent être regroupées dans un coin, écrites à la main , pour qu’elles ressortent bien.Si vous faites les courses au supermarché le mercredi et le marché le samedi, vous avez à faire le menu sur une semaine et demi et avoir deux listes de courses. C’est un peu plus compliqué mais meilleur aussi d’avoir des légumes/fruits du marché.

– Les courses : faire les courses sur un des trajets quotidiens permet de gagner du temps, inscrire cette activité dans l’emploi du temps permet d’éviter de penser que cela se fera tout seul. On peut aussi s’astreindre à ne faire les courses que X fois par semaine. Si on oublie un truc, eh bien on oublie un truc et on s’en passe. Les mécontents iront faire les courses eux-mêmes.

11 IMG_20150818_195032 copy

 

– La cuisine : si vous voulez déléguer la cuisine, imprimez la recette. Avec un peu de chance, avec les ingrédients et le mode d’emploi, la personne en charge n’aura pas d’excuses pour ne pas cuisiner !! Par contre si cette personne décide de s’y mettre et de faire du créatif, c’est elle qui devra faire ses propres courses sans prendre sur les courses utiles pour la semaine.

1
Initiez les enfants à des recettes simples. C’est un bon investissement en temps pour l’avenir. Ma fille de 7 ans sait faire les croque-monsieur (sauf la partie four). Dans deux ans, je pourrai peut-être lui déléguer ce repas…

IMG_20150830_210149 copyJe connais des familles où les enfants font la cuisine un ou deux jours dans la semaine. Ca fait rêver et apparemment c’est possible !! (pour convaincre son conjoint, c’est plus dur, hi hi !)
Autre idée : cuisiner pour plusieurs fois et congeler (viande en sauce, tarte, ?)
Encore une idée qui permet de manger plus de légumes et fait gagner du temps du la corvée de pluche : couper tous les légumes de la semaine ou la moitié de la semaine le dimanche soir pour ne plus avoir qu’à les sortir et les cuire (conservés dans des boites hermétiques). On évite les pâtes de dernière minute et la procrastination.

13 IMG_20150818_201634 copy

4

Keep calm and carry on.

 

 

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s