Scrap, carterie : mes outils préférés

P1130901

 

Je scrappe et fais des cartes officiellement depuis 7 ans environ. L’âge de raison?

En tout cas, le moment de détailler ces outils dont je ne peux pas me passer.

Le tapis de coupe auto-cicatrisant : il est le plus ancien des objets présentés et mon fidèle compagnon depuis belle lurette. Au début, je travaillais sur des morceaux de carton pour ne pas amocher ma table lors des découpes. J’ai fini par me dire qu’un tapis de coupe serait utile et j’ai eu bien raison. J’ai pris un grand modèle donc j’ai un bon espace d’étalage de travail. Il me permet de couper au cutter et aussi de percer des trous et poser des oeillets allègrement. Plus simplement c’est une surface propre sur laquelle je peux me poser avec mes cartes quand je travaille. Ces derniers temps, je m’en suis un peu détachée car il est toujours couvert de trop de choses pour pouvoir me faire une place  j’ai découvert que pour tamponner certains tampons un peu difficiles, il vaut mieux être sur une surface plus molle comme le bulgomme de la table.

Le scotch double face : le meilleur ami de la scappeuse ou carteuse. Au départ, j’ai beaucoup tâtonné avec divers types de colle. Si j’ai toujours de la colle vinylique (colle blanche) pour de très petites surfaces en marge des projets et du vernis colle (qui n’est pas ma tasse de thé), c’est bien le scotch double face que j’utilise en permanence. La colle avait pour principal défaut de faire gondoler les papiers et de ne pas forcément très bien tenir. C’est mon ancien libraire qui m’a dit un jour en riant que si je voulais éviter le côté humide de la colle il fallait que je passe au double face… ma grimace quand il m’a dit cela! Il avait bien raison : le scotch double face tient très bien et il n’a pas de volume. Petit conseil en passant  : si vous n’êtes pas sûrs de votre emplacement au moment du collage, n’appuyez pas trop fort et en cas de problème passer délicatement une lame de cutter entre les deux morceaux de papiers ainsi fixés. Il m’arrive de pouvoir les décoller dans tout arracher. Si je veux du volume, pour les cartes à secouer par exemple, je bascule sur du double face épais.

Le massicot : je me suis très longtemps passée de cet outil. J’utilisais simplement une règle de 30 cm en métal et un cutter. Je l’ai acheté il y a un an et demi au salon Création et savoir Faire sur les conseils avisés de Melle Anne-So… Quelle idée géniale! Mes découpes sont désormais beaucoup plus rapides. Quand il a fallu changer la lame , j’en ai profité pour acheter l’outil de pliage qui peut venir remplacer l’outil lame. Je plie donc désormais beaucoup plus vite et mon vieux plioir se retrouve presque à la retraite.

 

P1130902

 

 

 

Les bonus 

La machine de coupe et d’embossage : ma Cuttlebug… au départ achetée pour réaliser des embossages à froid (je vous en reparlerai bientôt), elle n’aurait jamais été rentabilisée si je m’en étais tenue là. J’embosse très peu à froid en fin de compte et pourtant j’ai de jolis classeurs d’embossage. Non, elle me sert à découper avec des matrices de coupe métalliques aussi appelées « dies ». Dans cette utilisation, il n’y a pas de semaine qui se passe sans qu’elle me serve pour les cartes ou même pour le Project Life. On m’a soufflé à l’oreille que si j’achetais une machine de type Silhouette je pourrais créer toutes les formes dont je rêve… c’est un bel investissement que je ne suis pas prête à faire pour le moment.

Le fer à embosser à chaud : on tamponne, on couvre de poudre, on enlève l’excès et on chauffe, la poudre « cuit » et se fixe pour donner un léger relief au motif,  voici rapidement de principe de l’embossage à chaud. Indissociable du tamponnage, qui est ma technique préféré, l’embossage à chaud fait aussi partie de nombreux projets. Il permet aussi de faire sécher rapidement le papier aquarelle détrempé.

 

Voilà, et vous, quels sont vos outils préférés?

Keep cam and carry on

 

 

Advertisements

2 commentaires

  1. Mes outils préférés en ce moment : mes gouges, et mon aquarelle ! En tout cas merci pour la découverte de l’embossage à chaud, j’ai acheté un heat gun sur tes conseils et j’adore l’effet produit ! Et d’ailleurs je m’en sers aussi pour le plastique fou, c’est génial !!
    Et sinon j’avais aussi songé à acheter un tapis de découpe en commençant la gravure, et puis finalement je préfère utiliser directement la vieille table sur laquelle je travaille, idem pour la peinture, et dans quelques années, elle ressemblera à une palette géante 😀
    Bises !!

    • Oui et tu as bien du talent avec les deux. Quant au tutoriel pour tout le monde sur l’embossage à chaud, il arrive, il arrive…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s